Blog Habitat-Futur.fr


Annonces locatives : propriétaires, restez vigilants face aux arnaques, fraudes et autres désagréments !

Faux locataires, sous-location abusive, biens saccagés lors de locations saisonnières… Au départ, ce n’était qu’une simple annonce immobilière publiée sur un site. Mais à l’arrivée, ce sont surtout des désagréments aux conséquences parfois désastreuses pour les propriétaires. Pour s’en prémunir, des portails immobiliers ont fait le choix de réserver la publication d’annonces locatives exclusivement aux professionnels de l’immobilier. C’est par exemple le cas d’Habitat-Futur.ch, premier site 100 % gratuit dédié aux annonces de vente et de location en Suisse.

Il n’y a pas que les locataires qui peuvent être victimes de faux propriétaires et d’arnaques en matière de location immobilière (à ce sujet, lire cet article). Les propriétaires de biens à louer ne sont pas à l’abri de fraudes en tout genre ! En effet, il existe aussi des faux locataires, dont la méthode est par exemple d’envoyer accidentellement une somme plus importante que celle convenue avec le propriétaire, pour réclamer ensuite la différence. Concrètement, le faux locataire envoie au propriétaire un chèque à un montant surélevé, et une fois la différence remboursée, le propriétaire se retrouve face à un chèque en bois dont l’encaissement a été entre temps refusé par sa banque. Ou, sur le même principe, le faux locataire fait un virement trop important puis réclame au propriétaire de se faire rembourser. Quand c’est chose faite, sachant que le délai de rétractation est plus long pour les virements internationaux, le locataire arnaqueur annule illico son paiement.

Dans d’autres cas, le propriétaire peut également être victime de fraude si son locataire utilise des plateformes tels qu’Airbnb pour sous-louer son logement en vue de gagner de l’argent. C’est l’occasion de le rappeler : si la sous-location peut être autorisée, elle doit obligatoirement être déclarée au propriétaire. Ce qui n’est pas forcément le cas, puisque par crainte d’essuyer un refus, les locataires préfèrent profiter d’un revenu illégitime sans consentement plutôt que de se passer de cette manne financière. Une fois le pot aux roses démasqué, des poursuites peuvent être engagées à l’encontre du locataire, qui peuvent aller jusqu’à l’expulsion du logement.

Il arrive que des locations saisonnières finissent suffisamment mal au point de causer de sérieux désagréments aux propriétaires. Ce fut le cas en 2015 d’un couple de Canadiens qui avait loué, via Airbnb, sa maison le temps d’un week-end. À leur retour, la maison avait été saccagée et aucune pièce n’avait été épargnée : vomi, urine, drogues, casses, détériorations immobilières, etc. Résultat, le montant des dégâts s’était chiffré entre 50 000 et 75 000 dollars canadiens (soit entre 34 000 et 52 000 € ou 38 000 et 58 000 CHF). Même si Airbnb s’était engagé à payer des services de nettoyage et de logement pour le couple et ses deux enfants, cette mésaventure prouve que la sous-location et la location saisonnière peuvent s’avérer particulièrement désastreuses, notamment quand tout est dématérialisé lors du processus de la location.

Pour contrecarrer tous risques d’arnaques ou de fraudes, des portails immobiliers ont fait le choix de réserver l’accès à la mise en ligne d’annonces locatives aux professionnels de l’immobilier. C’est par exemple le cas d’Habitat-Futur.ch, premier site 100 % gratuit dédié aux annonces de vente et de location en Suisse.

Damien Steulet, manager d’Habitat-Futur.ch, explique : “Les annonces de locations sont difficilement contrôlables. Les dangers pour les propriétaires liés à la sous-location – notamment de manière abusive et effrénée via AirBnB – ou aux annonces frauduleuses proposant par exemple des biens fictifs en location saisonnière sont des méthodes qui ne sont pas compatibles avec notre philosophie. Nous souhaitons avant tout donner des outils irréprochables et fiables pour les recherches de locations.” Et selon lui, c’est d’ailleurs un choix largement approuvé par les agences : “Notre décision enchante les professionnels de l’immobilier car nous leur garantissons un portail sécurisé, où eux seuls peuvent y déposer leurs annonces de biens à louer. C’est donc un choix de notre part qui les ravit !”

Au niveau du modèle économique, le choix stratégique de réserver l’accès du marché locatif aux professionnels de l’immobilier est un pari osé. Car si les particuliers ne peuvent pas publier d’annonces de location sur Habitat-Futur.ch, ils risquent alors de se tourner vers d’autres portails immobiliers potentiellement moins regardants sur le contenu des annonces. “Nous misons avant tout sur notre professionnalisme et le sérieux de notre portail immobilier. Si nous ne pouvons pas les garantir – et, en l’occurrence, nous pensons que c’est le cas concernant les annonces de location, notamment saisonnières, qui sont difficilement contrôlables – nous préférons les laisser à d’autres sites qui les acceptent”, conclut ainsi Damien Steulet.


Commentaires

Aucun commentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.