Blog Habitat-Futur.fr


Le coworking, une pratique qui va bouleverser le marché de l’immobilier

Depuis quelques années, le coworking s’est considérablement popularisé, comme en témoignent les nombres croissants d’espaces de coworking ouverts chaque année et de coworkers, qu’ils soient en télétravail ou indépendants. Récemment, une nouvelle tendance a émergé : l’ouverture d’espaces de coworking entièrement dédiés à l’immobilier collaboratif.

Depuis les premiers espaces de coworking développés à San Francisco en 2005, une réelle tendance est née autour du concept du “travailler ensemble”. En effet, d’après le Global Coworking Survey 2017, il y aurait près de 13 800 espaces de coworking et 1 800 000 coworkers recensés sur l’ensemble du globe. La société Regus, dont le siège social est basé au Luxembourg, se présente comme le “premier fournisseur mondial d’espaces de travail flexibles” : bureaux individuels, bureaux d’équipe, espaces collaboratifs, domiciliation commerciale. Le réseau recense près de 3 000 adresses, répartis dans 120 pays et 900 villes. Un autre géant du coworking est la start-up américaine Wework créée en 2010, présente dans près de 16 pays et 52 villes à travers le monde. Si à l’heure actuelle, aucun espace Wework n’a été développé en Suisse, trois nouveaux espaces Wework ont été inaugurés en France à Paris en avril 2017. À terme, les avantages du coworking bouleversent peu à peu l’immobilier d’entreprise traditionnel en bureaux individuels.

 

Source : wework.com

 

Le coworking repose sur un principe simple : le partage d’un même espace de travail. Ce concept se présente comme une alternative de travail particulièrement intéressante et avantageuse sur plusieurs points. Premièrement, le coworking peut convenir à de nombreux types de travailleurs ou de petites structures : indépendants, entrepreneurs, freelancers, startups, TPE, etc. Dans un espace de coworking, l’isolement n’a plus sa place. C’est un lieu de travail qui facilite la rencontre, l’échange et le partage entre différents profils de professionnels. Le coworking favorise ainsi une meilleure ambiance au bureau et accroît le cercle social et professionnel du coworker.

De plus, cette méthode d’optimisation de bureaux n’implique aucun engagement : le règlement de l’espace de coworking peut se faire au mois, à la semaine, au jour, ou même à l’heure, et ce à un prix relativement moins coûteux qu’un bureau individuel. Un article du journal français Capital de mai 2017 indique par exemple qu’à Paris, “les tarifs vont de 300 à 900 euros par poste et par mois, selon le quartier et le type de bureau. Des prix de 30 à 50 % inférieurs à ceux d’un classique bail 3-6-9”. Cependant, des inconvénients peuvent être soulignés, notamment sur des critères de concentration et de confidentialité. De plus, si l’activité du travailleur vient à évoluer, il peut être difficile d’introduire tous les collaborateurs dans un même espace.

 

© WeWork (source). WeWork Moorgate a installé à Londres le plus grand site de coworking au monde (3000 postes).

 

En France, trois premiers espaces de coworking entièrement dédiés à l’immobilier collaboratif, baptisés Coworkimmo, ont ouvert. Les deux premiers, installés à Lyon et à la frontière Suisse à Annemasse ont été inauguré le 18 avril 2017. Selon le site de l’enseigne, un troisième devrait prochainement voir le jour à Paris. Ces centres se présentent comme un “véritable carrefour d’échanges” où tous les métiers de l’immobilier, autant les agents, architectes et home stagers que les artisans, startups dans l’immobilier, notaires, diagnostiqueurs, conseillers indépendants et décorateurs d’intérieur se retrouvent pour travailler ensemble dans un même espace. Ces espaces ont été développés par Digit RE Group (détenu par Artémis), leader français des technologies et des services immobiliers pour les conseillers en immobilier indépendants. Cet organisme regroupe d’ailleurs quatre réseaux immobiliers : OptimHome, Capifrance, Immobilier Neuf et Refleximmo.

 

Source : coworkimmo.com

 

En plus d’être sans engagement et accessibles 24H/24 et 7j/7, ces espaces mettent à disposition des services à la demande, des “espaces de travail ouverts, modulables et des salles de réunion” à louer et d’autres espaces de vie à partager. À Lyon par exemple, l’abonnement mensuel d’un coworker s’élève à 249 € HT, et la consommation à l’heure est de 5 € HT (avec un plafond mensuel de 269 €). Il existe également un tarif préférentiel en cas de “lancement d’activité, valable pendant 6 mois à compter du lancement de l’activité du coworker”, permettant de régler 4 € HT par heure (avec un plafond mensuel de 179 €) et un abonnement mensuel à 165 € HT. Pour une personne qui n’est pas membre de Coworkimmo, la réservation à l’heure est de 6 €. Les frais d’inscription s’élèvent à 30 €.

Pour Xavier Lalande, Directeur Business Développement à Digit RE Group : “Les centres Coworkimmo sont dédiés aux professionnels du secteur pour le bénéfice du client ! En effet, ils visent également à offrir une expérience unique aux particuliers en leur permettant dans un seul et même lieu d’accéder à tous les corps de métiers pour mener à bien leur projet immobilier”, peut-on lire dans un article publié sur le site de Capifrance. Olivier Colcombet, Directeur général et Président des réseaux immobiliers OptimHome, Capifrance et Refleximmo, ajoute : “Cette initiative est unique en France et démontre une nouvelle fois notre volonté d’anticiper et de bouleverser les habitudes du marché de l’immobilier. L’innovation technologique est au cœur de la stratégie de Digit RE Group mais la technologie n’est pas une fin en soi. Faciliter les relations humaines en apportant de nouvelles solutions pour collaborer, il s’agit également d’innovation. Coworkimmo, est une magnifique avancée qui va permettre aux professionnels de tisser des relations entre confrères et de dynamiser leur activité.” Dans un second article paru dans Immomatin, Olivier Colcombet annonce : “Nous prévoyons d’ouvrir deux ou trois nouveaux centres en 2018. Notre objectif est d’être présents dans le top 10 des villes françaises à terme”.


Commentaires

Aucun commentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.