Blog Habitat-Futur.fr


Précarité énergétique : des chiffres qui donnent le vertige

Avoir un toit, c’est bien. Y vivre au chaud, c’est mieux ! Aujourd’hui, le constat est alarmant : selon une étude récente de l’ADEME, 12,2 millions de français, soit plus de 20 % des ménages, ont du mal à chauffer leur logement.

La précarité énergétique fait de plus en plus parler d’elle dans les médias et concerne de plus en plus de ménages. Mais au juste, quelle définition se cache derrière cette expression ? La loi du 12 juillet 2010 indique qu’est considérée en situation de précarité énergétique “une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat.”

Ou dit autrement : c’est “avoir froid ou dépenser trop pour se chauffer”, pour reprendre les mots moins législatifs de l’INSEE. “Dans tous les cas, le ménage doit alors faire des arbitrages : se chauffer au risque d’impayés ou ne plus se chauffer et subir les conséquences du froid sur sa santé, son logement, sa vie sociale”, précise ainsi l’Institut national de la statistique et des études économiques.

 

Wingz_Precarite-energetique_1_bd

 

Aujourd’hui, le constat est alarmant : le nombre de personnes en situation de précarité énergétique est en constante augmentation. Selon les premiers résultats d’une nouvelle étude de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), basée sur la dernière Enquête nationale sur le logement de 2013 portant sur la période 2007-2012, 5,8 millions de ménages sont en situation de précarité énergétique en France.

Au total, ce sont donc 12,2 millions de Français et plus de 20 % des ménages qui ont du mal à chauffer leur logement. Les chiffres donnent le vertige : un Français sur cinq n’arrive pas à payer correctement ses factures d’énergie, du fait de la hausse des prix des énergies et de l’impact de la crise économique sur le budget des ménages.

La loi de Transition énergétique pour la croissance verte, récente puisque promulguée en août 2015, a fait de la lutte contre la précarité énergétique l’un des objectifs clés de la politique énergétique de la France. “Elle inscrit l’ambition de rénover 500 000 logements par an à partir de 2017 dont au moins la moitié occupée par des ménages aux revenus modestes, visant ainsi une baisse de 15 % de la précarité énergétique d’ici 2020”, rappelle l’ADEME dans son communiqué de presse daté du 14 juin 2016.

De nouveaux outils et soutiens financiers ont ainsi été mis en place pour faire face à la précarité énergétique :

  • le chèque énergie, qui permettra aux ménages d’obtenir une aide au paiement de leur facture pour toutes les énergies (électricité, gaz, fioul, bois, etc.) ; il est déjà déployé dans quatre départements pilotes : l’Aveyron, l’Ardèche, les Côtes d’Armor et le Pas-de-Calais,
  • les certificats d’économies d’énergie dédiés à la lutte contre la précarité, avec un budget d’environ un milliard d’euros qui y sera consacré par les vendeurs d’énergie en deux ans, pour soutenir les économies d’énergie chez les ménages aux revenus les plus faibles,
  • le programme “Habitat mieux” de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) qui a déjà permis la rénovation de 150 000 logements habités par des ménages aux revenus modestes depuis 2012, auxquels s’ajoutent les objectifs attendus de 2016 (70 000) et 2017 (100 000), soit 170 000 logements rénovés de plus grâce à l’accélération de ce programme qui permet, rappelons-le, une économie d’énergie moyenne de 40 % sur la facture énergétique des logements rénovés !

Au-delà de ces outils, d’autres aides financières existent pour encourager la mise en œuvre de travaux de rénovation énergétique. De nombreuses informations sont par exemple disponibles sur le site de l’ADEME, destinées aux “particuliers et éco-citoyens”.

L’ADEME propose également un guide ultra complet des “aides financières 2016 pour des travaux de rénovation énergétique des logements existants”, disponible en ligne et gratuitement. À consommer sans modération !


Commentaires

Aucun commentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.